Conférences‎ > ‎

2016 - Désamour et Droit - Marc Juston

Ci-après un article que nous envoie Monsieur Marc JUSTON, Président de Tribunal honoraire de Nîsmes : "..... "


Divorcer, se séparer est devenu aujourd’hui un acte fréquent.

Le divorce, la séparation n’en restent pas moins, la plupart du temps, une épreuve douloureuse et lourde de conséquences pour l’ensemble de la famille, et notamment pour les enfants. Se séparer, même si les parties sont d’accord, est toujours un acte important, un moment fort de la vie d’un couple, ce n’est jamais un acte anodin. C’est toujours une épreuve douloureuse, même pour celui qui prend la décision de la séparation.

Les ruptures sont des moments difficiles, avec des non-dits, des sentiments d’échec, des rancoeurs, des rancunes et de la souffrance. Et trop souvent, le divorce, la séparation sont vécus comme un affrontement, dans lequel les enfants peuvent être utilisés, consciemment ou inconsciemment comme objet d’appropriation ou de compétition ou de vengeance. Les parents ne se parlent plus, ne communiquent plus, au mieux, ils sont pressés d’en finir et négligent des problèmes qui plus tard seront sources de conflits.

Dans de telles situations, une décision de justice imposée, l’application de la seule règle de droit ne peuvent pas à elles seules, ramener la paix dans des circonstances où l’affectif, l’émotionnel, le passionnel, la souffrance, l’amour, le désamour sont en jeu.

Le procès n’est pas le meilleur moyen de sortir d’un conflit, bien au contraire, en matière familiale, il peut souvent le figer et l’amplifier.


[Téléchargez cet article complet ci-dessous]


********

Le mot de la présidente.

Grand merci, Monsieur Juston... "le désamour en médiation" ? Oui, j'en rêve, mais la triste réalité est que sur le terrain, ce n'est l'essentiel ni pour l'avocat, ni pour la plupart des juges, ni surtout pour les services sociaux.
Alors, je rêve d'une loi qui l'oblige... "Combler le fossé qui sépare au lieu de le creuser". 

Mais il y a des rêves qui se réalisent : Vous avez des arguments qui font espérer. Viendriez-vous les développer devant un public belge ?
Ċ
Eric Derasse,
2 févr. 2016 à 12:09
Comments