Eric Derasse, Analyste systémique (2011)

D'après 'Ces loyautés qui nous libèrent'
de Catherine Ducommun-Nagy, psychiatre et veuve de Iván Böszörményi-Nagy


Iván Böszörményi-Nagy, est un psychiatre d'origine hongroise connu dès la fin des années cinquante, pour son travail de pionnier dans le domaine de la thérapie familiale et de la psychogénéalogie et dont l'œuvre, considérable, a eu un impact qui continue de s'étendre aujourd'hui. Immigré aux États-Unis, il enseigne la psychiatrie à l'Université de Hahneman de Philadelphie et écrit en 1973 'Invisible loyalties' fondement de la thérapie contextuelle.

Son ouvrage, jamais traduit en français est en 1996 réinterprété dans 'Ces loyautés qui nous libèrent' par la psychiatre et thérapeute familiale, Catherine Ducommun-Nagy, veuve de Nagy.

À travers ces travaux, Catherine Ducommun-Nagy, aborde le concept de loyauté et son pendant, le clivage de loyauté, dont Nagy expliquait déjà à l'époque, plus de 20 ans avant les travaux sur l'aliénation parentale de Richard Gardner, qu'il était l'un des dommages les plus graves que l'on puisse faire à un enfant.

Le conflit de loyauté

Que ce soit dans notre famille ou notre travail, les circonstances de la vie nous font choisir régulièrement entre deux engagements. Que se passe t'il lorsque ce choix porte sur des personnes qui méritent la même loyauté ? Idéalement nous devrions traiter les deux personnes de la même manière ... c'est impossible, car la loyauté implique un choix. Ce choix impossible, c'est le conflit de loyauté.

Résolution du conflit de loyauté dans la vie courante

Dans les situations banales, nous résolvons les conflits de loyauté en essayant de nous montrer équitables dans nos refus. Ainsi, si on ne sait pas dire oui, nous éviterons de dire non deux fois de suite à la même personne. Si une personne qui compte est plus démunie qu'une autre, c'est envers elle que nous nous montrons le plus disponible.

Lors des séparations, on trouve parfois une répartition 'inconsciente' des fratries. Certains enfants vivront avec l'un des parents tandis qu'un frère ou une soeur restera avec l'autre parent.

Dans l'exemple de cet enfant qui passe ses vacances en colonie et qui veut écrire à ses parents divorcés et n'a qu'un seul timbre ..... À qui écrire ? À qui être loyal ?

Le clivage de loyauté

Si les conflits de loyautés sont inévitables , leur intensité peut varier , allant de tensions banales jusqu'à la tragédie. Certains parents sont tellement aveuglés par leurs besoins possessifs qu'ils préfèrent un enfant mort à un enfant perdu parce qu'il vit avec l'autre parents., ils sont prêts à tuer leurs enfants et à mourir avec eux. Parfois ils continueront à se battre après même la mort de leur enfant.

Nous sommes ici dans le cadre du clivage de loyauté. L'injonction à l'enfant est 'Pour m'être loyal, tu dois renier ta loyauté envers ton père ou ta mère'. La loyauté est alors imposée.

Conséquences

Dans de telles situations, certains enfants finissent par se suicider. D'autres enfants s'adonnent à des comportements destructeurs en espérant que ce sera le sort qui décidera pour eux. Ils ne donneront ainsi raison ni à l'un, ni à l'autre.

Tentative d'intervention thérapeutique

Gérer les conflits

Pour gérer les conflits de loyauté de nos enfants, il faut les laisser exprimer leur loyauté aux adultes qui sont importants pour eux. Nous devons être capables de reconnaître leurs droits à maintenir des relations positives avec les gens dont nous préférions ignorer l'existence.

Si nous avons de bonnes raisons de penser que nos enfants pourraient être mis en danger par d'autres adultes, nous avons l'obligation de les protéger, tout en préservant la loyauté de nos enfants envers ces personnes.

Si nous réussissons à protéger nos enfants en leur permettant des relations aussi riches que possible avec les autres, nous ne perdons rien, bien au contraire. C'est justement parce qu'ils se seront sentis soutenus que nos enfants nous offriront leur loyauté sans que nous la réclamions.

Intervention du thérapeute

Les parents

Les enfants qui sont pris dans un clivage de loyauté sont parentifiés à l'extrême. Leurs parents réclament leur attention exclusive. On pourrait espérer que les parents se rendent compte de la situation dans laquelle ils mettent leurs enfants, mais c'est rarement le cas. Les parents qui ont été lésés ont des difficultés de partager avec d'autres l'affection d'un enfant dont ils ont tant besoin.

Le thérapeute qui travaille avec de tels parents doit se montrer partial et reconnaitre les dommages que ces personnes ont subis dans leur enfance. Il pourra ensuite leur demander de se montrer plus généreux vis-à-vis de leurs enfants.

Cette démarche est parfois impossible, car certains parents refusent une thérapie. Même s’ils l'acceptent ils risquent de pervertir la thérapie en contrôlant le thérapeute ou en réclamant des rapports pour les utiliser dans le cadre judiciaire.

L'enfant

Les enfants pris dans un clivage de loyauté ont souvent accumulé au cours du temps une grande légitimité destructive, et pour cause. C'est parfois ce qui les bloque dans la possibilité d'une expression directe de leur loyauté.

L'enfant pourra trouver une issue s'il prend le risque d'un partage relationnel envers les deux parents de manière similaire sans tenir compte des encouragements à se montrer déloyal envers l'un ou l'autre.

Une autre démarche consiste à aider l'enfant à comprendre ce qui a pu amener leurs parents à devenir aussi avides. En comprenant l'histoire de leurs parents, les jeunes en seront moins victimes.

Fondement de loi sur le divorce
Le jugement de Salomon a également inspiré Nagy. L'hébergement principal dit-il, doit être attribué à celui des deux parents qui est le plus disposé à laisser l'enfant avoir des contacts avec l'autre. Ses propositions ont été reprises comme fondement de loi sur le divorce dans bon nombre de pays.

Bibliographie

Ces loyautés qui nous libèrent. Catherine Ducommun-Nagy
Wikipedia - Iván Böszörményi-Nagy.